HISTOIRIQUE

 

Origine et histoire de St-Laurent-la-Conche                                                 le-cippe.jpg

 Depuis la plus haute antiquité la plaine ségusiave était un lieu facile d’accès. La rive du fleuve qui plus tard allait être appelé  la Loire voyait les romains construire des « villae ». Au fil des siècles celles-ci devenaient des villages. Le cippe à côté de l’église de St Laurent prouve la présence romaine à cette époque.

Une cuve en granit fut mise en place dès les premiers siècles après Jésus-Christ qui aurait (peut-être) servi aux baptêmes par immersion.

C’est cette  cuve (appelée « conche »), à l’origine de nombreuses légendes,  placée aujourd’hui à proximité de la mairie, qui a donné la deuxième partie du nom du village. Elle permet aussi de différencier notre St Laurent des 92 autres St Laurent de France

Sur l’emplacement de la commune de St-Laurent-la-Conche  Vercingétorix aurait lutté contre  les romains et il aurait perdu cette bataille. L’église  semble avoir été construite au 10ème siècle et remaniée plusieurs fois, elle était d’ailleurs la chapelle des mariniers. La Loire étant réservée à la navigation, un port y fut construit. Les sapines ou st rambertes étaient des embarcations à fond plat construites pour transporter la houille jusqu'à Roanne. Comme elles ne pouvaient pas remonter le fleuve on les vendait à très bas prix à l'arrivée, majorant ainsi d'autant le prix de la houille. Le village était donc fréquenté par les bateliers, profession qui existait entre le 13ème siècle et le 18ème siècle. C’est sans doute pour cela que la porte d’entrée de l’église a été placée en direction du fleuve, soit à l’opposé du bourg. La mairie, qui à cette époque était la cure, a le même profil; la porte d’entrée est également tournée vers l’extérieur de ce même bourg. Ces deux particularités font que le centre de  St Laurent-la-Conche se distingue des autres villages.

La profession de bateliers sur cette partie du fleuve avait disparu en 1850 dès la mise en service de la ligne de chemin de fer St Etienne-Roanne rendant le prix du transport de la houille plus intéressant.

Dans les années 1793-1794, à une époque ou l'armée révolutionnaire voulait dechristianiser les campagnes certains villages se rebellaient et pratiquaient la résistance  passive ou active. Ceci consistait à cacher des prêtres réfractaires ou à refuser d'envoyer à l'armée révolutionnaire les métaux précieux, les croix ou autres reliques contenues dans les églises. D'autres villages au contraire repondaient favorablement aux demandes de l'armée révolutionnaire;(par crainte des représailles peut-être). Mais le village de Saint Laurent la Conche se faisait particulièrement remarquer en allant "jusqu'à dire qu'il souhaite substituer le culte de la raison et de la vérité à celui de l'erreur et de l'imposture, ne voulant plus être les dupes des prêtres, qui, sous le prétexte de la religion abusaient de la crédulité des vertueux habitants des campagnes"   

Géographie

Situé entre Feurs et  Montrond-les-Bains la commune est organisée selon un axe est /ouest : elle est bordée par la Loire à l’ouest, traversée dans sa partie centrale par la D 1082 (ancienne RN 82) sur laquelle circulent environ 10000 véhicules par jour. Elle est traversée à l’est par la voie ferrée  sur laquelle sont installés 6 passages à niveaux.

Avec une superficie de 15,51km² et une altitude comprise entre 326 et 366m, St-Laurent-la-Conche compte 586 habitants y compris 7 personnes étudiant dans une autre ville (recensement 2008), Ce qui représente 3,6% de la population intercommunale.

Le patrimoine naturel de la commune fait l’objet d’une protection à travers son classement en ZNIEFF. L’une de type 1 et l’autre, la plus importante de type 2 (Zone Naturelle Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique).

Le patrimoine ancien est composé de l’église, du  pigeonnier avec son échelle tournante, de la conche, d’un  puits à proximité de la mairie, d’un cippe (borne ou stèle funéraire formé d’une petite colonne) et  de 7 croix  réparties sur le territoire de la commune.

Patrimoine immobilier : la mairie, l’auberge, la  médiathèque, l’école et la salle des fêtes nouvellement rénovée.

Un diagnostic archéologique a révélé :

 La présence unique dans le département  d’une installation agricole protégée, soit par des palissades ou des fossés, datant de l’époque de la guerre des Gaules appelée enclos de la tène.

Il  a aussi révélé l’existence d’une tombe aristocratique dite « tombe à char » datée approximativement  de 100 à 80 ans avant Jésus Christ.

Associations

St-Laurent-la-Conche est un village jeune. La moyenne d’âge des conseillers municipaux était en 2008 de 44 ans. Le dynamisme du village se traduit par l’existence de 10 associations à caractère sportif ou culturel :

La Dynamique Gym

L’Association Sportive de St Laurent 

Le Comité des fêtes 

Les St Laurent de France

L’Association des amis de la bibliothèque

Le Club de l’amitié

La Fnaca

Le Sou des écoles

Le Club auto rétro

Les choeurs de la conche

Les contes à gogo

Et de 2 autres associations à caractère social et humanitaire :

Les vélos d’Ambalakilonga : pour apprendre aux jeunes malgaches la réfection des vélos.

L’association des enfants de Sahalava : pour une aide financière à l’orphelinat de cette ville de Madagascar.

 

La population s’est accrue de 316 personnes en 1982 à 586 en 2008 et 610 en 2014 . 

Ceci a eu pour conséquence l’augmentation rapide du nombre d’enfants montrant ainsi l’insuffisance et le manque de place dans les locaux scolaires. Une première restructuration de l’école en 1984 permettait l’ouverture d’une 2ème classe, puis d’une 3ème en 1988.

Face à des contraintes locales: baisse d’effectifs à Marclopt et manque de place à St Laurent, les deux municipalités décidaient de constituer un RPI. Après une période d’essai qui avait donné satisfaction ce RPI était définitivement mis en place le 1er janvier 1998.

Depuis la rentrée 2011 ce sont 161 enfants qui fréquentent les 7 classes du RPI (96 à St Laurent et 65 à Marclopt).

Malgré ces aménagements il s’avérait que la construction d’une extension de l’école était devenue indispensable.  Dès le début de l’année 2003 un programme ambitieux autour de l’école était donc lancé, il ne devait aboutir qu’en 2008.

Réalisations :

La municipalité a pris conscience de cet état de fait et de la désuétude  de ses équipements. En 2008 le CoCA (Contrat Communal d’Aménagement) donnait l’opportunité au nouveau conseil municipal d’entreprendre un programme cohérent d’aménagement des bâtiments communaux sur 3 ans :

Ce programme a déjà abouti avec:

  • la rénovation de la salle des fêtes
  • la construction d’une aire de jeux,
  • réaménagement de l’espace aux alentours de la salle des fêtes,
  • réalisation d’un sentier piétonnièr autour de la mairie (avec accès handicapés)

 

En 2014:

Achat de la maison "Tissot"avec projet de réhabilitation

Achat du terrain à côté du cimetière avec viabilisation en vue de construction

En 2015:

Achat terrain des Crs Boichon

Tout cela sans négliger :

-La voirie

-La mise aux normes du réseau assainissement avec la mise en séparatif des eaux usées et pluviales, la réfection de la distribution d’eau potable sous la compétence du SIVAP. 

Aménagement d'un nouveau champs d'épendage.

-Enfouissement des réseaux aériens : électrique, éclairage public et téléphonique.

Le village de St-Laurent-la-Conche change, bouge, cela  rendu possible grâce à une équipe municipale jeune, volontaire et soudée.

Ajouter un commentaire